74-CALLIDIUM VIOLACEUM (Linné, 1758)

CALLIDIUM VIOLACEUM (Linné, 1758)

    Rare. Il a été trouvé quelquefois à Dijon même, le long des maisons ; il provient sans doute des provisions de bois à brûler. Juin.
    (Commencement du cours du Parc, par terre ; 30 mai. M. Tarnier)

    30 mai La Rochette chez M. Vullierod, M. d’Aumont, 23 mai (1866).
Rev. d’ Entom. 1884 356

 

 

  • MONTBARD. Un exemplaire dans la cour de l’usine le 18 mai 1900, provenant sans doute des bois désapurés amenés récemment et destinés à des constructions.
  • Un 2ème exemplaire le 4 juin suivant, mêmes conditions (voir à ce sujet Bull. Soc. Ent. Fr. 1926 (notes ?)
  • ARNAY-le-DUC, printemps, sur des charpentes ou bois d’échafaudage entreposés dans le grenier de la maison LECOMTE , 1917, 25-05-22, 28-05-22, 20-05-24, 21-05-24 (Auguste LECOMTE)
  • Charles LECOMTE, dans une étude sur les caractères sexuels des cérambycidés mentionne la découverte de 45 exemplaires à ARNAY-le-DUC en 1924.
  • La collection PHILIBEAUX comporte un exemplaire sans indication
  • DIJON, bois de chauffage, 22-05-64 (Coll. QUENNEDEY)
  • DIJON, été 1974, (Jacques DIEDRICH)
  • BLANOT, (Jonchères), 06-85 (G. NAZARET)
  • Forêt de St-LEGER-TRIEY, 1 ex sur épicéa abattu près de la maison forestière, 05-06-98 (P. GIRARDOT)

    Espèce signalée aussi de MONTBARD par VILLIERS et de SEMUR (annotation : « A.G. fin mai ») par SIMONOT-REVOL.

    Il est possible que cette espèce soit maintenant acclimatée çà et là en Côte-d’Or.

    RR

Les commentaires sont clos.