91-CHLOROPHORUS GLABROMACULATUS (Goeze, 1777)

CHLOROPHORUS GLABROMACULATUS (Goeze, 1777)
(=CHLOROPHORUS PILOSUS (Forster, 1771))
CLYTUS QUADRIPUNCTATUS F.

    Pas rare. Sur le bois à brûler et dans les maisons. Juillet, août. Dijon, dans la ville.
    (Fixin. M. Tarnier). Chambolle. (Rouvray ; commun sur les pommiers. M. Emy). (Beaune. Mai, juin ; M. Arias. Sur les sycomores ; M. Bourlier. M. André)

    5 juillet-20 août
Cour du Parc, dans un tronc de tilleul 1 août (1863)
Intérieur de maison, 16 juillet, dans la ville 27 août
Gevrey, fin juillet (Hipp.)

  • DIJON, 1897, (Coll. BLONDEAU)
  • ARNAY-le-DUC, 13-08-22, 24-08-29 (A. LECOMTE)
  • Auguste LECOMTE indique aussi dans ses notes (chasse 706, 02-10-30, promenade à la source minérale de Maizière) : « par une belle journée ensoleillée… j’ai senti quelque chose qui marchait sur ma main, c’était un clytus pilosus ! En cette saison cela me semble extraordinaire. »
  • BLIGNY, 1882, 5 ex, 05-1884 (PHILIBEAUX)
  • St-JEAN-de-LOSNE, 07-28 (THIERRIAT)
  • ESBARRES, 28-07-58 au vol ; 28-07-63, sur voiture en stationnement sous noyer ; 08-51 (J. BARBIER) (tous variation glabromaculatus)
  • LIERNAIS, 30-07-60 (P. ANCIAUX)
  • DIJON, Jardin de l’Arquebuse 06-09-86 (Musée de Dijon)
  • BELLEFOND, dans voiture, sur tableau de bord, 08-10-99, il y avait du bois dans le garage provenant des alentours (Val Suzon et Brétigny) (HB)
  • BINGES, près de la maison, 04-08-90, 22-07-92, 22-08-92, 01-08-93, 12-08-93, 28-07-93, 20-08-95, 28-08-95, 28-07-97, « toutes ces captures ont été faites à chaque fois en un seul exemplaire, sur un mur, une porte, un poteau, une balançoire,… en provenance certaine de notre bûcher » (D. BRULARD et M. BRULARD)
  • AUVILLARS, dans caravane, 20-07-2002 ; SAVIGNY-le-SEC, Combe Froideveau, piège à vin du 15 au 26-07-2006, 1 ex (P. GIRARDOT)
  • MIREBEAU, 25-07-2004, dans bois de chauffage ( ? Musée de Dijon)

    Je l’ai récolté aussi pendant plusieurs années dans un bûcher situé à Garnerans (Ain). Tous les exemplaires semblaient provenir d’un vieux piquet d’acacia très sec.
    Cette espèce parait avoir des biotopes très localisés et pouvoir s’y reproduire très longtemps (comme cela semble avoir été aussi le cas à BINGES).

    CR

Les commentaires sont clos.